L’acupuncture en recherche de preuves scientifiques…

A ce jour, la communauté scientifique encore n’a pas encore établit de consensus sur l’efficacité de l’acupuncture.

Le manque de travaux internationaux, le peu de moyens financiers investit dans les expérimentations (par rapport à des recherches sur des produits rapportant de nombreux bénéfices comme les vaccins ou les traitements chimiques), freinent la recherche. La plupart des études asiatiques sont également rejetées pour cause de non conformité aux protocoles exigés.

Dans un rapport récent, des chercheurs de l’Inserm affirment que « l’acupuncture challenge la médecine occidentale ». En effet, pour arriver à démontrer scientifiquement la puissance de l’acupuncture, la science elle-même devrait-elle évoluer vers un nouveau paradigme ?

https://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteSecuriteAcupuncture_2014.pdfhttps://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteSecuriteAcupuncture_2014.pdfhttps://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteSecuriteAcupuncture_2014.pdfhttps://www.inserm.fr/sites/default/files/2017-11/Inserm_RapportThematique_EvaluationEfficaciteSecuriteAcupuncture_2014.pdf

La médecine traditionnelle : une stratégie pour le 21eme siècle ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) travaille depuis plusieurs années à la reconnaissance des Médecine Traditionnelles et Alternatives (MTA).

Les médecines traditionnelles (dont l’acupuncture, mais aussi la médecine ayurvedique, ou encore la pharmacopée à base de plantes amazoniennes utilisées par les autochtones par exemple, etc) fournissent en effet depuis des millénaires des soins aux populations qui les utilisent.

Elles ont entre autre avantages d’être peu coûteuses (et donc d’offrir une excellente alternative en termes de santé publique), et de ne présenter aucun effet indésirable, à l’inverse de la médication chimique artificielle.

Les Médecines Traditionnelles Alternatives pourraient ainsi être un véritable choix stratégique pour le XXIème siècle.

Valoriser leur existence participe de la reconnaissance des « ethnomedecines ».

https://www.who.int/traditional-complementary-integrative-medicine/about/beijing-congress/en/index3.html

L’acupuncture, patrimoine de l’humanité

L’Unesco a reconnu l’acupuncture traditionnelle chinoise comme patrimoine universel de l’humanité.

https://ich.unesco.org/fr/d%C3%A9cisions/5.COM/6.6

Cette reconnaissance de la médecine traditionnelle chinoise participe d’une prise de conscience mondiale : il existe d’autres moyens thérapeutiques que ceux développés par la civilisation occidentale.

En anthropologie, on appelle la tendance d’un culture à se considérer comme seule valable par rapport au reste du monde un « ethnocentrisme ». C’est à dire un égocentrisme à la dimension de toute une société.